Pour l’environnement, nous nous engageons à mettre en place des actions concrètes. En tant que groupe de protection sociale, notre apport à la lutte contre le réchauffement climatique s’articule à travers une trajectoire bas carbone et une politique d’investissement engagée.

Les ODD concernés par cet engagement sont :

Nos enjeux face au réchauffement climatique en tant que groupe de protection sociale

Le réchauffement climatique a des impacts indirects sur la santé. Ainsi, les températures plus élevées peuvent augmenter les cas de déshydratation et de problèmes rénaux, engendrer des complications de grossesses, d’allergies, et de mortalité et de morbidité cardiovasculaire et pulmonaire​.
Par ailleurs, la qualité de l’air tend à se dégrader. Selon Santé Publique France​, 8 citadins sur 10 vivent dans un air trop pollué et on dénombre ​48 000 décès par an en France liés à la pollution atmosphérique. L’émergence de nouvelles pandémies​ et l’expansion des insectes sont vecteurs de microbes infectieux ​. Enfin, l’apparition de stress post traumatiques dues à des catastrophes naturelles, confinements… conduisent à une augmentation des dépressions et de l’anxiété…

Ces effets ont et auront des conséquences sont nos activités d’assurance de personnes. Nous nous devons d’une part d’en évaluer les risques et d’autre part de réduire l’impact direct et indirect de nos activités sur l’environnement afin de limiter au maximum les effets du réchauffement climatique sur notre planète.

Nos impacts et actions associées pour lutter contre le réchauffement climatique

Nous identifions 2 types d’impact de nos activités sur l’environnement :

Les impacts directs

Ce sont les impacts de nos activités qui génèrent directement des émissions de gaz à effet de serre, telles que la mobilité de nos collaborateurs, nos déchets, l’émission énergétique de nos bâtiments ou véhicules de fonctions. Afin de mieux cibler nos actions, un bilan carbone a été mené sur l’année 2019 afin de déterminer les scopes les plus significatifs (déplacements, numérique, bureaux…) et ainsi nous fixer un objectif de réduction de 25 % nos émissions de gaz à effet de sphère d’ici 2025.

Afin de diminuer ces émissions nous prenons en compte l‘impact de la mobilité des collaborateurs et développement du télétravail. Ainsi, en 2021, près de 50% des collaborateurs sont en télétravail au moins 1 jour par semaine. Pour aller plus loin, nous construisons un cadre de travail respectueux de l’environnement (bâtiments éco-conçus, 0 papier, recyclage…) pour notre futur siège social dans la tour To Lyon – Part Dieu en 2024. Par ailleurs, nous développons une politique de sobriété numérique (recyclage, usage, achats…)

Les impacts indirects

Le plus significatif pour une entreprise de services financiers comme la nôtre est l’empreinte carbone de nos portefeuilles d’actifs actions et obligations détenues en direct (83,2 T de Co2/M€ de CA en 2020), qui tend à diminuer chaque année. Afin de piloter cette action, nous nous sommes engagés dans une démarche d’investissement socialement responsable afin de transposer nos valeurs et notre politique RSE à nos investissements à travers 4 volets : Exclusions / sélection ESG / climat et engagement.

apicil environnement